valb.fr
- 135 cliques -

3 questions à se poser avant d'acheter en loi Pinel

Loger, L'Accession À La Propriété

Acheter un bien immobilier Pinel, c’est défiscaliser sur une période de 6 ans, de 9 ans ou de 12 ans, et c’est aussi intégrer un bien de valeur dans son patrimoine pour de nombreuses années au-delà de cette période d’engagement. Toujours est-il que ce dispositif implique de se conformer à des exigences particulières, ce qui implique un investissement assez contraignant et nécessitant de réunir les bons ingrédients afin de dégager le meilleur rendement. Voici 3 questions à se poser avant d’acheter en loi Pinel.

 

Le dispositif est-il adapté à ma situation ?

Avant tout, tenez compte de vos objectifs de défiscalisation en mettant bien à la lumière votre situation fiscale d’une part, de même que votre situation financière d’autre part.

- votre situation fiscale vous permet de déterminer la durée de votre engagement qui sera de 6 ans minimum, de 9 ans ou encore de 12 ans maximum. Votre réduction d’impôt sera de 2% par an (soit 12% pendant 6 ans et 18% pendant 9 ans). En revanche, elle est ramenée à 1% par an sur les 3 dernières plages annuelles (soit 21% de réduction d’impôt totale sur 12 ans d’engagement)

- votre situation financière vous permet de déterminer le montant que vous allez injecter dans votre investissement Pinel, de même que la stratégie de financement que vous allez adopter. Vous pouvez, en effet, profiter de l’effet de levier de crédit, déduire vos intérêts de vos revenus fonciers et diluer votre effort d’épargne en optant pour une durée de prêt de 25 ans à 30 ans (cette dernière étant la durée maximale accordée par les organismes bancaires).

 

Quel est mon objectif patrimonial ?

Il vaut mieux déterminer à l’avance votre objectif patrimonial avant de vous lancer. Si vous souhaitez uniquement défiscaliser, il existe de nombreux autres outils destinés à cet effet, dont certains d’entre eux sont encore plus puissants. En revanche, sachez que l’immobilier est un actif plutôt illiquide et qui s’inscrira de préférence sur le long terme dans votre patrimoine. Il servira à compléter des revenus et à préparer votre retraite. Il pourra aussi être transmis à vos enfants par voie de donation entre vifs afin de les aider à bien démarrer dans la vie, si tel est votre souhait. Le montage du démembrement peut également être mis en place afin de continuer à profiter des fruits de l’immobilier jusqu’à votre décès, en ne donnant que la nue-propriété à vos enfants.

 

Suis-je en mesure de bien gérer mon bien Pinel ?

Investir sous la loi Pinel est contraignant : choix de l’emplacement (obligatoirement dans les zones A Bis, A et B1), achat d’un bien neuf en VEFA ou d’un logement seconde main totalement rénové, calcul des loyers en considération des plafonds déterminés par la loi, mise en location obligatoire avant le délai de 12 mois accordé par l’administration fiscale. À cela s’ajoute la gestion locative proprement dite : recouvrement des loyers, fidélisation des locataires afin d’éviter les vacances locatives qui sont préjudiciables dans un investissement Pinel, prise en main des éventuels travaux de réparation et d’entretien. Si vous estimez que vous n’êtes pas en mesure d’endosser ces contraintes, pourquoi ne pas vous tourner vers la SCPI Pinel ? Celle-ci vous permet de réduire vos impôts sous les mêmes conditions, sans avoir à endosser toutes ces contraintes. Les sociétés civiles de placement immobilier sont également une excellente alternative pour tirer profit d’une très intéressante diversification, dans le sens où vous devenez propriétaire non pas d’un seul bien immobilier, mais d’un ensemble de logements dans le parc Pinel de la SCPI souscrite. Vous achetez alors des parts de ces sociétés et encaissez des dividendes, tout en réduisant vos impôts.